Comment mieux commercialiser ses produits

21-10-2017

Comment mieux commercialiser ses produits

Le choix de la vente directe pour les agriculteurs
La vente directe repose sur le principe suivant : limiter au maximum le nombre d’intermédiaire entre le producteur et le consommateur pour que le producteur puisse faire le plus de marge commercial tout en limitant les effets sur l’environnement.
Cela permet donc au producteur de s’assurer de bons revenus tout en fidélisant sa clientèle. Les principaux produits vendus en directes restent les fruits, légumes, produits laitiers et produits cuisinés.

Pour les consommateurs, la vente directe revêt trois contraintes :

  • la traçabilité des produits
  • le respect du territoir
  • la qualité des produits

“Quels sont les différents types de vente en direct ?”

Source : Générali

Six types de vente directe sont particulièrement rentables :

Le point de vente à la ferme : Ce système de vente directe présente de nombreux avantages tels que promouvoir la ferme de l’agriculteur, pas de déplacement à prévoir pour l’exploitant ou encore adapter facilement l’offre de produits proposés en fonction de la demande. L’activité est cependant très dépendante de la venue des clients (suivant les saisons etc).
La cueillette : Les consommateurs viennent directement cueillir leur produits chez le producteur puis payent leur récolte en fonction du poids de celle ci. Cela ne nécessite pas d’investissement de départ pour l’agriculteur et le chiffre d’affaire peut vite monter selon les quantités recueillis. La cueillette peut cependant être vite remise en cause avec le mauvais temps.
La vente sur les marchés locaux : elle se fait à date fixe et de manière hebdomadaire. La production est donc écoulée progressivement. Les atouts résident dans le faible coût de l’emplacement, la fidélisation rapide de la clientèle, et le fait de pouvoir vendre ses produits dans un large périmètre. Les places de marchés restent toutefois difficiles à obtenir et le temps joue là aussi une contrainte de taille.
La vente le long de la route : Le producteur n’a qu’à s’installer sur le bord de la route avec un camion, des tréteaux ou une étale. Les stocks de produits s’écoulent plus ou moins rapidement selon le flux de personnes à proximité. L’investissement initial est très faible.
La livraison de panier : Il s’agit de livrer de manière hebdomadaire un panier rempli de produit frais en tout genre (fruits, légumes, produits laitiers…). Les clients paient un prix fixe chaque mois à des associations de style AMAP ou autre comme la Ruche qui oui par exemple. Il n’y a pas d’investissement de départ à prévoir et cela permet d’écouler rapidement sa production s’il n’y a pas beaucoup de clients. Il faut toutefois pouvoir proposer des produits de saison toute l’année et bien s’entendre avec les producteurs de l’association.
La vente auprès des comités d’entreprise : Il s’agit de livrer les comités d’entreprise selon les commandes effectuées par celle-ci. Les clients peuvent devenir par la suite des clients réguliers. La difficulté repose principalement sur le fait de trouver des entreprises intéressés par le projet.

Il existe par ailleurs des formations adressés aux agriculteurs qui souhaitent se lancer dans la vente directe ou dans un projet de circuit court. Pour plus d’information: Syndicat agriculture Rhône Alpes

0 commentaire

    Laisser un commentaire