Evolution et changements de l’agriculture française

31-07-2017

Evolution et changements de l’agriculture française

“Depuis des décennies, l’agriculture française est soumise à des transformations d’une ampleur que peu d’autres secteurs d’activité ont connu.”

source : La Croix

Quelques chiffres significatifs

  • 6,2 millions d’agriculteurs en 1955 contre 1 million aujourd’hui
  • 2,3 millions d’exploitation en 1955, elles sont 4 fois moins nombreuses aujourd’hui
  • L’urbanisation est de plus en plus présente : la surface agricole diminue
  • La production agricole française est la première en Europe : en 2013 elle représentait 75 milliards d’euros. L’agriculture est une activité prépondérante pour l’économie française.
  • Les revenus moyens des agriculteurs sont en chute libres : particulièrement pour les éleveurs bovins avec une diminution de 20% en un an (de 2013 à 2014), les arboriculteurs (baisse de 50% de leur salaire annuel) et les céréaliers avec une diminution de 40%.
  • L’agriculture et l’industrie agroalimentaire ont vue leur part dans le PIB passé de 6% en 1980 à 3,6% en 2013.
  • La France a vu sa place sur les marchés mondiaux reculée, elle est aujourd’hui à la 5ème place.

Le défi de l’agriculteur d’aujourd’hui

Les agriculteurs ont fait face à de nombreux défis. Ils ont dû s’adapter à des changements conséquents tels que l’instauration des quotas depuis 1984, la division par cinq du nombre d’exploitations laitières et du nombre de vaches par deux mais la production est elle, restée stable, cependant beaucoup reste à faire.

Deux caractéristiques de l’agriculture sont remises en question : l’hétérogénéité des exploitations françaises (en terme de taille), et l’équilibre de l’élevage et d’une culture élevée.

Le but pour les agriculteurs français est également de redonner une image plus positive du métier pour inciter les jeunes agriculteurs à s’installer en promouvant la biodiversité et en se réconciliant avec le “grand public”. Les agriculteurs doivent donc relevés tous ces défis dans le but d’avoir un revenu plus juste, car beaucoup d’agriculteurs vivent aujourd’hui des aides de la PAC.

0 commentaire

    Laisser un commentaire