La location financière et le crédit bail en agriculture

30-08-2017

La location financière et le crédit bail en agriculture

La location financière et le crédit bail en agriculture

Avant de s’intéresser au crédit bail, il est important de comprendre comment les agriculteurs financent leur matériel agricole.
“14 % des agriculteurs financent leurs matériels agricoles sur fonds propres”
source : Terre net

La moitié des agriculteurs financent leur matériel à partir d’un prêt bancaire, ce qui n’est pas étonnant et reste le moyen de financement le plus courant et près de 14% des agriculteurs achètent leur matériel sur fonds propre. Seulement 6% d’entre eux utilisent le leasing, c’est à dire la location longue ou courte durée avec possibilité à terme d’acheter le contrat comme moyen de financement.
Le leasing en agriculture, c’est quoi ?
“Le recours au crédit bail n’est pas seulement un mode de financement pour acquérir des matériels, c’est aussi une stratégie de gestion.”
source : La France agricole

Le crédit bail permet aux agriculteurs de disposer de matériels neufs sans apporter un quelconque investissement au départ, puisque le matériel est loué sur une durée précise (environ 4 à 5 ans pour une location courte durée d’un tracteur) avec une promesse de vente à la fin du contrat. La valeur du crédit étant établi sur la valeur TTC du bien, l’agriculteur n’a pas à avancer la TVA lors de l’achat. Après le terme de la période de location d’achat, l’agriculteur a la possibilité d’acheter l’outil en très bon état à un prix fixé lors de la signature du contrat et pouvoir le revendre à bon prix sur la marché.
“Un tracteur d’occasion de 4-5 ans est fort prisé sur le marché des occasions” explique Francis Reboux, agriculteur mayennais ayant opté pour la méthode du crédit bail.
Les avantages principaux à la location d’achat
source : Terre net
Des matériels neufs et performants
Acheter un bien nettement inférieur à sa valeur initial : possibilité d’acheter un bien de 1 à 5% de sa valeur initial.Par exemple acheter un tracteur d’une valeur de 5000 euros à la fin du contrat alors qu’il en valait 100 000 euros au départ.
Un financement relativement souple : l’agriculteur peut adapter le montant de ses loyers en fonction de la situation économique de l’exploitation et des recettes qu’il a réalisé. Il peut ainsi décider de verser un premier loyer le premier mois, un second loyer au deuxième semestre et ainsi de suite.
Des avantages fiscaux pour les exploitations ayant un chiffre d’affaire important : “Les modalités de calcul des loyers permettent en effet d’atténuer, comme les autres outils fiscaux disponibles, les variations des bénéfices d’un exercice fiscal à l’autre” selon Elisabeth Belleil, responsable marché agriculture au Crédit mutuel.

1 commentaire

  • Robbin

    26 septembre 2017

    Wοrking ass а contract ρaralegal has factors in its favor, and compߋnents whijcһ might be negative to some people. If а sense of journey and pleasure in yоur wкrk life is what would swimsuit you the most effective, freeⅼancing cold posѕibly be a teгrific possibility for you!

Laisser un commentaire