Le tracteur autonome

10-07-2017

Le tracteur autonome

Quelles sont les caractéristiques du tracteur autonome ?

“Comment les agriculteurs vont passer au tracteur autonome”
source : L’usine nouvelle

Le tracteur autonome est la grande technologie des années futures. S’il n’est pas encore présents sur les exploitations, les briques technologiques qui le compose sont peu à peu mises sur le devant de la scène. Case IH a présenté du 26 Février au 2 mars dernier lors du salon international du machinisme agricole, son tout nouveau prototype.

Equipé d’une batterie classique, d’un capteur de véhicule autonome, d’un radar et d’une caméra infrarouge, ce prototype devrait faire sensation.

Depuis les années 1990, la marque développe son guidage de précision, ce qui lui permet aujourd’hui d’avoir un radar extrêmement précis (2cm de précision).  Cela permet de réduire les manques dans un champs tels que le gaspillage d’engrais ou de carburants.  

Case IH prévoit à court terme de rendre ses machines non autonomes et autonomes communicantes entre elles et donc compatibles grâce à l’implantation d’une nouvelle architecture électronique sur sa gamme actuelle. Ces véhicules communicants pourrait être dirigés par un seul conducteur comme cela se fait déjà dans le milieu routier. Le but est de pallier au manques de mains d’oeuvres qualifiée dans ce domaine.

Case IH a fait appel au savoir faire du spécialiste Autonomous solutions incorporated qui travaille déjà avec Ford et Boeing pour développer sa technologie. Le tracteur peut travailler le sol en étant supervisé par un opérateur à proximité dans un premier temps.

Le PDG de CNH indsutrial prévoit la commercialisation des tracteurs autonomes d’ici deux ou trois ans. Le tracteur autonome pourrait même travailler la nuit pour bénéficier des avantages météorologiques avec les avancées technologiques.

Le prix des composants reste très élevés mais les industriels pourraient le diminuer si cette technologie est prometteuse.

“Datatronic 5 de Massey Ferguson : pilotez le tracteur du bout des doigts !”
source : Terre net

Massey Ferguson a été le premier constructeur de tracteur a implanté des composants électroniques au sein de ses machines dès les années 1980 à bord de son Datatronic MF 3600. Trente ans plus tard, la marque présente son Datatronic 5 au SIMA 2017. La machine se pilote à distance à l’aide d’un écran tactile, aussi simple d’utilisation qu’une tablette.  Celle ci est composée de 4 fenêtres : la carte GPS, la page d’accueil, la caméra et l’Isobus.

“Le système est installé de série sur la nouvelle gamme MF 8700. L’interface est compatible Isobus et permet au conducteur de contrôler le tracteur et l’outil via le même terminal”.

L’architecture technologique enregistre les données puis les analyse afin d’aider l’opérateur à prendre des décisions.

A lire aussi : Edouard Lavoisier, Claas :”La moissonneuse-batteuse autonome existe déjà”
source : Terre net

Les tracteurs autonomes : avantageux ou dangereux pour les agriculteurs ?

“L’agriculture va-t-elle connaître un virage sans précédent ? La « toute automatisation » divise le monde agricole”
source : Wikiagri

Les objets connectés sont inscrits dans le 21ème siècle. Ils font partie de notre quotidien dans tous les domaines. Ces dernières années, les objets connectés n’ont cessé de s’intensifier dans le monde agricole. Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à intégrer la nouvelle technologie dans leur quotidien (location via smartphone, consulter la météo et se tenir au courant des dernières actualités du marché).

La robotisation et la création de machines autonomes constituent de véritables enjeux (gain de temps, aide à la décision), mais aussi un nouveau modèle qui ferait perdre du sens à la notion même d’agriculture. Risque t-on de perdre la valeur artisanale, traditionnelle de l’agriculture si tout se fait de manière similaire et automatique ? C’est le sentiment ressentie par une bonne partie des professionnels du métier et du grand public, qui voit en cette nouvelle technologie le début d’une “mort du métier”.

Les constructeurs contrecarrent toutefois cette idée en s’appuyant sur le fait que cela pourrait constituer une nouvelle opportunité pour les agriculteurs pour se concentrer sur d’autre tâches au sein de l’exploitation.

0 commentaire

    Laisser un commentaire