Les emplois agricoles partagés : une nouvelle tendance qui fonctionne

09-09-2017

Les emplois agricoles partagés : une nouvelle tendance qui fonctionne

Un contexte difficile

Il y a quelques années, il était courant de voir une exploitation familiale reprise par un fils ou une fille de la famille, la main d’oeuvre était davantage familiale et donc plus restreinte. Aujourd’hui on assiste à une disparition de la main d’oeuvre familiale. Les fils et filles d’agriculteurs s’orientent vers des métiers différents de ceux de leur parents même s’il reste fréquent de voir des exploitations familiales.

Dans un contexte de crise agricole, l’embauche d’un salarié à temps plein devient de plus en plus difficile pour les agriculteurs. L’emploi en partage semble être une bonne solution pour  allier travail et réduction des coûts.

Comment ça marche ?

Partager son matériel agricole avec plusieurs agriculteurs est une pratique qui existe depuis 50 ans maintenant. A contrario, le partage d’un salarié entre plusieurs employeurs est plus récent.  Cette nouvelle tendance consiste pour un salarié à avoir plusieurs employeurs mais un seul contrat de travail : la main d’oeuvre est mutualisée.

Il suffit pour l’agriculteur d’adhérer à une association de loi 1901 dirigée par un groupement d’employeurs (GE). Ce GE peut accueillir tout agriculteur provenant du département et s’occupe des formalités administratives. Ainsi l’employeur partage sa main d’oeuvre avec d’autres agriculteurs du GE.

 

“En 2016, l’emploi partagé a représenté dans le monde rural plus de 40,5 millions d’heures travaillées pour 22.000 équivalents temps pleins, des chiffres qui ont plus que doublé au cours des 13 dernières années.” Ces chiffres montrent une belle progression et un réel intérêt pour ce nouveau type d’emploi.

source : Courrier Picard

L’emploi en partage : des avantages certains

  • Les emplois partagés sont multisectoriels : jobs d’électricien, couvreur, métiers de bouches utilisés notamment dans la vente directe, l’emploi partagé répond à beaucoup de demandes.
  • Ils permettent à des futurs agriculteurs de cumuler des expériences différentes avant de reprendre une exploitation, et donc augmentent le niveau de qualification.
  • L’emploi  et le travail saisonnier est davantage sécurisé : si un employeur fait faillite, un autre employeur peut le remplacer. De plus, il est peu probable de se retrouver sans employeur.
  • Les salaires augmentent et évoluent plus vite.
  • Il favorise le temps plein pour les salariés employés

Les solutions en emplois partagés agricoles

Il existe plus de 3800 groupements d’employeurs aujourd’hui. Ces derniers ont augmenté de presque 20% depuis 2003 : cette nouvelle forme d’emploi semble bien fonctionner et avoir de beaux jours devant elle.

LISTE DE SITE SUR LE SUJET….

En savoir plus sur le partage de matériel : http://agile.eloagri.fr/blog-post/quelles-solution-pour-lagriculteur-de-demain/

A propos de AgriAgile

Ce blog est ouvert à tous ceux qui pensent que l'agriculture française a tout pour réussir !

Publicité

Publicité

Articles récents